Lucid Dream

Le rêve lucide… voilà un état modifié de conscience qui m’a toujours fait rêver, c’est le cas de le dire ! Une autre réalité que l’on pourrait atteindre en solo, sans artifice, et qui nous ouvre un champ des possibles fabuleux. J’en rêve. Fascinée depuis longtemps par le monde onirique, mon premier roman de SF-jeunesse, Squatteur de rêve !, se passait déjà à la croisée du monde réel et de celui du rêve. Diriger ses songes. Devenir le maître du jeu et vivre une Second Lifede tous les possibles, avec les sensations du réel. Je signe ! Mais, comment l’atteindre ?

Je repense soudain à un vieux bouquin sur lequel papa avait travaillé en tant que traducteur, en vue de sa sortie française en 1985. Il s’agit du premier livre de Stephen LaBerge, Le Rêve Lucide « le pouvoir de l’éveil et de la conscience dans vos rêves ».

En m’appuyant sur cette lecture, sur le magasine Inexploré n° 39 dédié aux rêves et sur les sites internet abordant ce sujet, je vais tenter de faire un petit tour d’horizon des bienfaits du rêve lucide et des différentes méthodes attestées pour y parvenir.

Le rêve lucide : définition.

Claire Eggermont, dans le dernier numéro de la revue Inexploré, le définit comme « un rêve de sommeil au cours duquel le rêveur sait qu’il est en train de rêver. » Elle nous dit également que c’est Stephen LaBerge, dans les années 1970-1980, qui l’a mis en évidence scientifiquement au sein du laboratoire de psychophysiologie du sommeil de l’Université de Stanford. Okay. J’ai le bon bouquin entre les mains.

Mais comment Stephen LaBerge a-t-il fait pour prouver son existence ?

Il a tout simplement demandé à sept volontaires, familiers de cette pratique, d’accomplir une série complexe de signaux oculaires déterminés à l’avance, sitôt conscients de rêver. Ils le firent avec succès à une cinquantaine de reprises (observations corroborées par d’autres équipes de chercheurs). En effet, le rêve lucide survenant généralement en sommeil paradoxal, les muscles sont paralysés, mais les clignements des yeux restent possibles.

Et d’où vient ce terme de « rêve lucide » ?

C’est à Frederik Willems van Eeden, un psychiatre et poète néerlandais, que l’on doit l’appellation de « rêve lucide ». En 1913, il publie un article dans lequel il recense 352 rêves réalisés depuis 1898. Il est connu que van Eeden s’est adressé dans plusieurs lettres à Freud et a fait un rapport de ses observations. Fasciné par ce phénomène du rêve lucide, il relève que son imagination seule, en temps normal, n’aurait jamais été capable d’inventer des détails aussi complexes et originaux.

S’il détient le copyright du « rêve lucide », van Eeden a cependant été devancé dans ses observations par un marquis fantasque, dénommé Marie-Jean-Léon d’Hervey de Saint-Denys, inlassable et inclassable explorateur de rêves lucides qui a publié un ouvrage sur le sujet dès 1867.

Pourquoi peut-on classer le rêve lucide parmi les États Modifiés de Conscience ?

  • Ici, comme dans toutes les autres réalités des États Modifiés de Conscience (EMC), la notion de temps est différente. On peut vivre un temps long dans un temps réel très court. Mais il existe aussi des rêves lucides au temps de rêve = au temps réel…
  • Deuxièmement, on remarque que les images vues avec notre conscience intérieure sont 1000 fois plus brillantesque la réalité. C’est une caractéristique des yeux de notre conscience.
  • On retrouve également le transfert de sentiment positif à l’état de veilleet cette sensation de n’avoir jamais été « réveillé » ou « conscient » auparavant .

Le rêve lucide est plus proche physiologiquement de l’accomplissement réel que de l’imagination.

Le rêve, lucide ou pas, se développe durant le sommeil paradoxal[connu également comme le sommeil REM (Rapid Eye Movement), il fait suite au sommeil lent et constitue le cinquième et dernier stade d’un cycle du sommeil.­­]

Durant cette phase, la partie de notre cerveau qui inhibe la véracité de l’imagerie se trouve elle-même inhibée. L’image mentale est donc libérée avec une intensité intacte. On a également découvert que :

  • Le cerveau droit et le cerveau gauche s’activaient aux mêmes tâches que dans réalité.
  • La respiration, comme contenu de conscience du rêveur, affectait son rythme respiratoire réel.
  • On a accès à notre mémoire.

Le sommeil paradoxal ou sommeil REM.

Depuis 130 millions d’années rêvent les mammifères. En effet, tous vivent des périodes de sommeil REM . Or, un article d’Anne Debroise paru en août 2017 dans Science & Vie, nous apprend que le dragon australien, un lézard, présente lui-aussi des périodes de sommeil paradoxal. Comme les mammifères ! L’ancêtre commun des reptiles et des mammifères rêvait donc sans doute déjà. Voilà qui repousse dans le temps l’apparition des rêves chez les animaux… à 350 millions d’années !

Mais à quoi cela nous sert-il donc de rêver ?

Il semblerait que le sommeil REM favorise l’accès à des apprentissagesplus complexes grâce par une assimilation et une mise à jour de nos programmes. En effet on observe une augmentation du sommeil REM dès lors que l’être humain est confronté à l’apprentissage de tâches exigeant beaucoup de concentration et/ou à l’acquisition de techniques nouvelles.

Si l’exercice physique accroît le sommeil delta (profond) qui, en retour, libère d’avantage d’hormones de croissance, en revanche, l’exercice intellectuel ou le stress émotionnel semblent accroître le sommeil REM et par conséquent, les rêves.

Un adulte passe 1 h 30 en sommeil REM, par nuit. Un nouveau-né qui dort 16 à 18 h par jour passe 50% de ce temps en sommeil REM.

 

I. Les bienfaits du Rêve Lucide.

La lucidité onirique pourrait aussi servir à nous faciliter grandement diverses tâches :

1) Le rêve curatif 

Auto-guérison.

L’imagerie mentale mobilise chez l’individu ses pouvoirs intérieurs, latents, qui recèlent  un potentiel immense pour faciliter le processus de guérison et promouvoir la santé. Donc, visualiser son corps onirique en parfaite santé en rêve lucide serait un moyen très efficace d’auto-guérison.

Conflits non résolus.

Stephen LaBerge pense qu’il n’est pas nécessaire d’interpréter un rêve au réveil pour résoudre des conflits intrapersonnels, dans bon nombre de cas on peut les résoudre symboliquement au cours du rêve lui-même, grâce au rêve lucide.

Il faut bien comprendre que les monstres et les démons de nos rêves ne sont pas issus de l’extérieur mais font bel et bien partie de nous. En devenant lucide et en les acceptant, on transforme soudain nos personnages oniriques et cette transformation symbolique a des répercussion sur le conflit non résolu à l’état de veille qui a engendré ce cauchemar. Cesser de fuir pour que le moi accepte ces projections comme une partie de lui-même. « Dans le monde onirique, dit Stephen LaBerge, mon expérience m’a montré que la meilleure (ou la seule) façon de mettre fin à la haine et au conflit était d’aimer ses ennemis comme soi-même. » Belle leçon de vie…

2) Il peut être source de créativité et/ou de découverte scientifique

Elias Howe (inventeur de la machine à coudre) et Mendeleiev (table de classification périodique des éléments) ont eu l’illumination de leurs découvertes au cours d’un rêve. Or, grâce au rêve lucide, l’extraordinaire créativité onirique passerait enfin sous le contrôle de notre conscience, ouvrant grand le champ des possibles !

3) Entraînements sportifs 

Les sportifs en rêve lucide voient le mouvement parfait à accomplir et en le recopiant dans la vie, augmente leurs capacités et leur niveau.

4) Il est un formidable terrain de jeux pour l’accomplissement des désirs et le divertissement. Ici peuvent prendre vie les fantasmes les plus audacieux ! En sommeil paradoxal, les muscles sont paralysés. Dans ce cas, comment expliquer qu’un rapport sexuel durant le rêve entraîne un orgasme réel ? Il se trouve que les muscles concernés ne sont pas liés au squelette, et seuls ceux qui le sont s’engourdissent en sommeil paradoxal.

5) Il peut permettre l’accomplissement des plus hautes aspirations spirituelles.

Le rêve lucide est un expérience transcendantale ou il faut bien différencier notre « moi » du rêve avec notre moi « réel ». C’est un stade supérieur de conscience. Moins nous nous identifions avec ce que nous pensons être le moi, plus nous avons de chance de découvrir un jour qui nous sommes vraiment.

 

II. Méthodes pour accéder aux rêves lucides.

Avant toute chose, il va falloir se créer un journal de rêveset se forcer chaque matin a essayer de se souvenir de ses rêves. On sait aujourd’hui, grâce à l’expérience de Léon d’Harvey de St Denys que plus on note ses rêves, plus on s’en rappelle (jusqu’à n’en plus oublier un seul après une année entière de pratique !) La motivation et le rappel onirique sont le B.A. BA du rêve lucide. Plus on relie son journal de rêves, plus on se familiarise avec son contenu, plus il sera aisé d’en reconnaître un au cours de son déroulement et donc de s’éveiller en rêve. La deuxième chose qu’il va falloir pratiquer de manière quotidienne, ce sont les tests de réalité. Évidemment, ces tests ne fonctionneront pas dans la vie réelle, mais il en ira autrement dans vos rêves.

Voici quelques exemples de test de réalité :

– Pouvez vous respirer en vous bouchant le nez avec les doigts ? Si vous nagez, pouvez vous respirer sous l’eau ?

– Quand vous sautez, retombez-vous en flottant ?

– Est-ce que les phrases changent quand vous les lisez ?

– Avez-vous trop de doigts (parfois ils disparaissent et réapparaissent quand vous les comptez !) ou d’autres anomalies. Pouvez-vous traverser votre autre paume avec votre doigt ?

–Etes-vous capable de lire l’heure ? Les montres n’ont parfois pas le bon nombre d’aiguilles ou portent des symboles curieux… (cf le film waking life).

– L’interrupteur marche-t-il ? Les interrupteurs fonctionnent souvent mal en rêve. (cf le film waking life).

– Etes-vous capable de voler ou d’avoir d’autres pouvoirs magiques ? Essayez-de changer la forme de votre corps ou de traverser un mur, une vitre ou un miroir.

Choisissez dans cette liste quelques tests de réalité que vous effectuerez régulièrement et faites-les jusqu’à ce que vous soyez convaincu que vous ne rêvez pas.  Si vous en faîtes souvent, vous aurez plus de chance de penser à en faire un dans un rêve. Faites-en un en vous endormant, puis immédiatement après vous être réveillé : cela vous permettra de vous rendre lucide lors des rêves de faux-éveil.Le test doit être rapide et discret pour pouvoir le faire souvent dans la réalité.

1) Méthode MILD : Mnémonic Induction of Lucid Dreams (Stephen LaBerge)

Moments favorables : rendormissement du matin et sieste.

  1. Tôt le matin, au réveil spontané à la suite d’un rêve, repasser le rêve plusieurs fois dans son esprit jusqu’à ce qu’il soit bien mémorisé.
  2. Une fois recouché et prêt à se rendormir, se dire mentalement : « Lors de mon prochain rêve, je veux me souvenir de prendre conscience que je suis en train de rêver ».
  3. Se visualiser de retour dans le rêve que l’on vient de répéter ; alors seulement, s’imaginer en train de prendre conscience que l’on est, effectivement, en train de rêver.
  4. Répéter les étapes deux et trois jusqu’à ce que l’intention soit établie de façon claire, ou jusqu’à l’endormissement.

Si tout va bien, on sera bientôt lucide dans un autre rêve (qui ne ressemblera pas forcément à celui qu’on a répété.)

2) Méthode WILD : Wake Initiated Lucid Dream (Stephen LaBerge)

c’est-à-dire « rêve lucide débuté depuis l’état de veille ».L’enjeu est de s’endormir… consciemment ! Les méthodes WILD sont réputées comment étant les plus difficiles à maîtriser, à déconseiller aux débutants. Les personnes qui semblent être les plus aptes à pratiquer les méthodes WILD seraient celles qui s’endorment facilement et qui sont fréquemment sujettes aux hallucinations hypnagogiques lors de l’endormissement. Les personnes sujettes au trouble appelé « paralysie du sommeil » ont aussi des facilités à les pratiquer.

  1. Allongez-vous et concentrez-vous sur votre corps.
  2. Tentez de rester dans cet état méditatif pendant environ 20 min, ce qui va vous faire entrer petit à petit dans un état hypnagogique. Dés lors vous allez commencer à voir des flashs, des formes, des tâches lumineuses… concentrez-vous dessus en vous répétant que vous êtes en train de pénétrer dans un rêve.
  3. Votre corps va entrer en état de paralysie, il va falloir rester calme et calquer votre conscience sur le rêve qui s’approche…
  4. Concentrez-vous sur ce que vous voyez au loin dans le rêve, puis petit à petit sur ce que vous ressentez dans votre corps. Vous aurez peut-être la sensation de tomber. À ce stade, c’est normal. Les couleurs et les taches vont se transformer en rêve. Concentrez-vous sur vos sensations et gardez votre conscience…

3) Méthode WBTB : Wake-Back-To-Bed, c’est-à-dire « Réveil et retour au lit ».

Réveillez-vous après 4 ou 6 heures de sommeil, sortez de votre lit et restez debout durant un temps d’environ 45 minutes avant de retourner au lit. Le mieux étant de passer ce temps à essayer de noter vos rêves ou lire quelque chose à propos du rêve lucide… Puis en retournant au lit, il faut pratiquer la méthode MILD  en répétant par exemple le mantra « quand je rêve je me rends compte que je rêve » Ensuite, chercher ce qui semble improbable autour de soi, le plus vite possible (faire un test de réalité) pour se persuader qu’on est bien en train de rêver. Dès lors tenter de vous envoler ! 

C’est la méthode qui a le plus grand nombre de résultats… mais elle est un peu contraignante.

4) Suggestions verbales pendant le sommeil REM 

1 réussite sur 3. Mais nécessite d’être deux. Celui qui ne dort pas doit repérer les phases de sommeil REM chez le dormeur pour lui susurrer « tu es en train de rêver » à l’oreille au bon moment, sans le réveiller.

5) Une machine à induire les rêves 

Le géant japonais du jouet, Takara, a mis au point une machine permettant aux personnes stressées et déprimées de faire de beaux rêves grâce à la diffusion combinée, pendant leur sommeil, d’effluves relaxantes, de musique douce et de « mots clés » propices aux songes.
Baptisée « Yumemi-kobo » (l’usine à rêves), la machine a été conçue et fabriquée conjointement avec un psychologue japonais. L’appareil est équipé d’un magnétophone permettant aux utilisateurs d’enregistrer les mots clés qui favoriseront les rêves qu’ils souhaitent invoquer. Ces mots peuvent être programmés en boucle, à faible volume, pendant l’état de veille. Un réveil en douceur est également possible grâce à la diffusion de lumière tamisée et de musique apaisante pour que l’on puisse se remémorer les songes de la nuit.

Mais parvient-elle réellement à favoriser la lucidité dans le rêve ?

6) Le yoga NIDRA ou yoga du rêve

Cette technique de yoga du rêve inclut aussi bien le recherche de rêves lucides que des exercices de relaxation, visualisation et concentration, en vue de développer la vigilance et l’éveil. La clé est de s’efforcer de rester conscient jusque dans l’état de sommeil. Jusqu’à se retrouver, ensuite, dans un état de conscience lumineuse au creux du rêve. S’exercer à éveiller la clarté par la méditation dans la journée et un bon départ pour devenir un yogi du rêve.

 

CONCLUSION : Selon la tradition tibétaine, notre manière de rêver refléterait ce qu’il adviendra de nous au moment de notre mort.

Pour le Yoga du rêve, apprendre à rêver, c’est aussi apprendre à mourir. « Si nous ne pouvons pas rester présents pendant le sommeil, si nous nous perdons chaque nuit, quelles sont nos chances d’être conscients au moment de mourir ? Examiner votre manière de rêver, vous saurez ce qu’il adviendra de vous à la mort »,fait remarquer Tenzin Wangyal Rinpoché. En d’autres termes, si dans vos rêves vous réagissez de manière claire, lucide, positive, alors il est très probable que vous réagirez de la même manière au moment de la mort.

Cette acuité est essentielle, d’autant que rêve et mort semble lié par un phénomène étonnants : tous les verrous sautent, tous les filtres disparaissent.  On se retrouve donc face a un « absolu » de soi-même. Émotions, travers et autres frustrations sont passés à la loupe. Si nous n’avons pas conscience que nous sommes en train de rêver, nous pouvons être submergés par ce qui se produit dans le rêve !

« Lorsque nous reconnaissons être en train de rêver, nous sommes libres, et pouvons faire ce que nous voulons, voler dans les airs, passer à travers les montagnes, changer les paysages, changer les monstres en anges, parce que ce rêve est le nôtre, Nous avons mis fin à son autonomie et intégré son pouvoir » explique Rob Nairn. Nous ne sommes plus alors le jouet du rêve, nous devenons le maître des illusions ! Cette liberté acquise dans l’état de rêve pourra alors nous accompagner dans la mort, car des processus similaires, bien que d’intensité différente, sont à l’œuvre dans ces deux états.

Nos nuits représentent, par conséquent, un lieu d’entraînement puissant de nos esprits.

 

Bibliographie :

Carine Anselme « Du sommeil à l’éveil » in Inexploré, le magazine de l’INREES, n°39, 2018.

Carine Anselme, Stéphane Allix, L’énigme des rêves, une enquête aux frontières de la conscience, Éd. De La Martinière, 2015.

Christian M. Bouchet, Du rêve éveillé au rêve lucide, Éd. Le Mercure Dauphinois, 2013.

Catherine Dalançon, Journal d’une rêveuse, pratique du rêve lucide, Éd. Le Mercure Dauphinois, 2013.

Claire Eggermont « Plus vrai que nature ! » in Inexploré, le magazine de l’INREES, n°39, 2018.

Patricia Garfield, La créativité onirique, du rêve ordinaire au rêve lucide, La Table Ronde, 1983.

Celia Green, Charles Mc Creery, Lucid Dreaming : The Paradox of Consiousness During Sleep, October, 2004.

Leon d’Hervey de St Denys, les rêves et les moyens de les diriger, 1867.

Stephen LaBerge, Le Rêve Lucide « le pouvoir de l’éveil et de la conscience dans vos rêves », Centre de Recherche sur le Sommeil de l’université de Stanford (USA), Oniros, Rêvéveil, 1985.

Stephen LaBerge, s’éveiller en rêvant, Éd. Almora, 2008.

Rob Nairn, Living, Dreaming, Dying, Shambhala, Boston, 2004.

Roger Ripert, Sylvain Michelet , Le livre des rêves, Oniros, 2000.

Charles T. Tart, Altered States of Consciousness, October, 1990.

Franscisco J. Varela, Dormir, rêver, mourir, Explorer la conscience avec le Dalaï-Lama, NiL éditions, 1997.

Tenzin Wangyal Rimpoché, Yogas tibétains du rêve et du sommeil, Éd. Claire Lumière, 2008.

Bernard Werber, Le sixième sommeil, roman, Albin Michel, 2015.

 

Films et Sites Internet :

https://www.youtube.com/channel/UCFycG3rj_iHWqBHNTdqjbZw/videos: Rêve Lucide, la chaîne dédiée au sommeil et au rêve.

https://www.facebook.com/lucidityinstitute/: le facebook du labo de Stephen LaBerge pour suivre ses recherches aujourd’hui.

Richard Linklater réal., Waking Life, 2001,Fox Searchlight Pictures, iTunes.

Christopher Nolan réal., Inception, 2010, Warner Bros, Netflix.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s