Les Etats Modifiés de Conscience (EMC)

A la recherche d’autres réalités.

On le sait maintenant, tout ce qui a trait à la Conscience me passionne. La survivance possible de cette partie de nous-même à la mort physique, que j’ai retrouvé dans tellement d’ouvrages, et sur laquelle j’ai déjà posté deux articles, a été mon sujet de lecture pendant ces derniers mois. Lectures que je partageais avec mon père, passionnés que nous étions l’un comme l’autre de ces nouvelles études hors des sentiers battus.

Désormais je continuerai seule mes recherches. Papa est parti. Sa conscience a quitté le monde matériel le 9 janvier 2015 pour rejoindre un au-delà mystérieux dont je traque sans cesse les possibles manifestations sur notre plan de réalité.

Je voudrais vous présenter aujourd’hui le dernier livre que nous avons lu ensemble, sur le sujet : Il s’agit d’un essai de Sylvie Déthiollaz et Claude Charles Fourrier, intitulé Etats Modifiés de Conscience : NDE, OBE et autres expériences aux frontières de l’esprit, et sorti aux éditions Favre en 2011. Mais avant de commencer, j’aimerai juste rajouter que toutes ces lectures m’ont incroyablement aidée à accepter son départ. La conscience ne meurt pas. Je t’aime, papa.

ob_132503_emc-jpg

Qu’est-ce que les EMC ? Il en existe de plusieurs sortes.

– Les Etats Modifiés de Conscience à caractère récréatif, que l’on recherche volontairement comme le rêve lucide, ou ceux induits par la relaxation, la méditation, l’hypnose ou encore la prise de drogues.

Les Etats Altérés de Conscience : ceux qui regroupent les pathologies mentales et neurologiques, ainsi que les intoxications sous substances psychotropes (comme l’alcool, le cannabis, l’ecstasy, la cocaïne et tout hallucinogène). Il n’en sera pas question ici.

– Les Etats Modifiés de Conscience non ordinaires. Ce sont des états plus étonnants ou spectaculaires, que l’on ne commande pas et qui s’imposent d’eux-même (en règle générale) comme les rêves prémonitoires, les états médiumniques, les apparitions mystiques, l’éveil de la Kundalini, les sorties hors du corps (OBE) ou les expériences de mort imminente (NDE) : ils représentent le sujet de cette étude.

Ces états sont la plupart du temps naturels et non pathologiques, et les « expérienceurs » font preuve d’une grande clarté de pensée et de réflexion au cours de leurs expériences.

Par le biais de leur Institut Suisse des Sciences Noétiques (ISSNOE : Fondation reconnue d’utilité publique consacrée à l’étude de la Conscience à travers les Etats Modifiés de Conscience non-ordinaires) dont Sylvie Déthiollaz est la directrice, les auteurs ont pu récolter de nombreux témoignages.

Pourquoi ces expériences ne sont pas apparentées aux rêves ?

Le psychologue Charles T. Tart va montrer, grâce à un électroencéphalogramme, que ces expériences sont dominées par la présence d’ondes de type alpha, caractéristiques de l’état de veille calme, (yeux fermés et repos physiologique et mental). Durant les différents stades de sommeil, notre cerveau produit des ondes de types bêta, thêta ou delta.

Quelques exemples d’EMC non-ordinaires :

L’Eveil de la kundalini est un ensemble de perceptions sensorielles, motrices, mentales et affectives associées au concept de la Kundalini (mot sanskrit). « Enroulée tel un serpent au bas de la colonne vertébrale, la kundalini dégage un formidable potentiel d’énergie tenue en réserve dans la région du sacrum. Cette énergie active en un éclair les sept chakras situés le long du système céphalo-rachidien et conduit à l’état de samadhi : un état d’expansion illimitée de la conscience. » (Source : Site Outre-vie.)

Ex : L’EMC de Philippe. (NB : tous les exemples cités proviennent du livre Etats Modifiés de Conscience : NDE, OBE et autres expériences aux frontières de l’esprit, Ed. Favre, 2011, de Sylvie Déthiollaz, Claude Charles Fourrier.)

« Alors que je venais de m’étendre sur mon lit pour m’endormir, j’ai commencé à ressentir un souffle dans les oreilles, régulier et rythmé. Petit à petit j’ai senti des vibrations me parcourir le corps […] une chaleur intense se propager en moi. […] J’ai vu des cercles lumineux, comme des anneaux jaune or et brillant qui allaient et venaient de ma tête à mes pieds, ils se mirent à accélérer et la chaleur en moi augmentait au fur et à mesure. […] Une brûlure incroyable, mais le plus étonnant c’est que ce feu n’était pas du tout douloureux. […] Je n’avais jamais vécu ce phénomène, qui, comme je l’ai appris plus tard, est paraît-il très connu de certains grands moines tibétains. »

OBE : Le terme de « Out of Body Experience », ou « sortie hors du corps » en français, désigne une expérience spontanée ou provoquée, pendant laquelle la conscience semble se décentrer par rapport au corps. Le sujet a l’impression de voir depuis le plafond, de pouvoir voyager sans limites dans l’espace, etc.

Marie D. «  J’étais couchée dans le noir, avec une violente migraine […] Tout à coup, j’ai senti quelque chose tourbillonner en moi je dirais au niveau de mon estomac […] C’était froid, métallique… ça m’a fait penser à ces éponges métalliques pour la vaisselle ! Ça tournait très vite, puis j’ai senti la même chose au niveau de ma gorge, puis au sommet du crâne… Je me suis senti « sortir » avec une légère douleur… J’ai eu l’impression de flotter au-dessus de mon corps, mais j’étais rattaché à celui-ci par une sorte de cordon. Et moi, j’étais une sorte de brouillard argenté sans forme […] 

Certains voient un cordon de lumière qui les relie encore à leur corps physique et dont ils ne peuvent pas s’éloigner, d’autres font l’expérience de passer à travers les murs (ça passe mais c’est très désagréable !) Certains cantonnent leur voyage au plafond de la pièce dans laquelle ils sont, d’autres partent comme des fusées et visitent des endroits à l’autre bout de la Terre voire même de l’autre côté de la galaxie (voyage astral).

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, les expériences de sorties de corps sont loin d’être rares ; selon l’étude la plus récente faite dans la population générale, 10% des personnes interrogées déclaraient avoir éprouvé au moins une fois dans leur vie la sensation de se trouver hors de leur corps physique, de façon spontanée ou involontaire. (cf, ALVARADO C.S., Out-of-body experiences in Varieties of Anomalous Experience : Examining the Scientific Evidence, American Psychological Association, 2000.)

En 1978, le Pr. Sheils de l’Université du Wisconsin a mené une investigation sur soixante-dix cultures non occidentales et montré que la décorporation existait chez 95% d’entre elles !

EMC à consonance chamanique : Le terme de « chamanisme » fait référence à des pratiques existant probablement depuis l’aube de l’humanité et que l’on retrouve encore de nos jours dans la plupart des régions du globe. Concrètement, les initiés ou « chamanes » utilisent diverses techniques destinées à modifier leur état de conscience, qui vont de la tente à sudation à la prise de drogues psychotropes, en passant par le jeûne ou encore l’approche méditative et qui allient musiques, danses et chants spécifiques. Les états de transes obtenus sont censés permettre aux chamanes d’entrer en contact avec les esprits de la nature (animaux et végétaux), avec les déités ou encore les défunts et, par ce biais, d’accéder à des informations leur permettant, entre autres, de pouvoir prédire l’avenir ou guérir des maladies.

Cependant, des personnes n’ayant aucune connaissance, ni intérêt particulier pour le chamanisme rapportent avoir vécu une expérience de ce type spontanément, sans avoir eu aucun contact avec un chamane, sans avoir pris aucun produit et sans l’avoir recherchée ni provoquée d’aucune façon. C’est ce que nous entendons par « expérience à consonance chamanique ». Le plus souvent, ces personnes ont eu la sensation d’intégrer le corps d’un animal, une expérience qui correspond à un aspect du chamanisme appelé « fusion chamanique ».

EMC de Yves.

Alors que Yves écoute une musique de Phil Thornton dans une librairie ésotérique, voilà qu’il raconte avoir soudain ressenti : « un flash blanc qui me propulsa dans ce désert de sable rouge-orange parsemé de broussailles. Puis j’ai senti ce vent chaud sur mon visage, senti qu’en ce moment ma place était « là ». J’étais aussi heureux que si j’étais rentré chez moi après un trop long voyage. »

Viens ensuite un couguar, avec lequel il « fusionne ». « Je me suis alors senti devenir léger, comme brumeux. Quelques instants d’après j’étais dans le couguar […] Je pouvais sentir des muscles que je ne possédais pas travailler, se gorger de sang, se contracter et s’assouplir au fur et à mesure que la chaleur se répandant dedans. Je trouvais la sensation merveilleuse. » Après une course extraordinaire, les voilà qui croisent un aigle. « Je sentis que je quittais le corps du couguar et que mon esprit s’élevait vers l’aigle et je finis par fusionner avec l’aigle comme je l’avais fait avec le couguar. Ma vision se modifia à nouveau et je pouvais voir mon ami félin courir dans la plaine. Je sentais le vent glisser sur les plumes, je finis même par ressentir les courants ascendants et descendants… je volais ! »

Qui n’aurait pas envie de vivre une pareille expérience !? Au bout de quelques minutes, Yves s’est retrouvé de nouveau dans son corps, dans la librairie et le vendeur qui était près de lui a remarqué qu’il avait eu une absence.

Très proche du rêve lucide, cette expérience s’est pourtant produite en état de veille. C’est une de mes préférées…

Les entendeurs de voix 

Encore une fois, entendre des voix n’est pas un phénomène rare, uniquement réservé aux malades mentaux, loin de là. Environ un tiers des personnes interrogées dans la population générale reconnaîtraient avoir entendu des voix à un moment de leur vie, sans avoir jamais ressenti la nécessité d’aller consulter un psychiatre. Pourtant, il existe un réseau d’entraide des entendeurs de voix, ou REEV (association internationale présente dans nombreux pays). Quant les voix communiquent des informations objectivement vérifiables, on parle de phénomène de clairaudience.

Apparitions à caractère mystique, apparitions sans connotation religieuse et vision d’OVNIS.

Les apparitions mystiques sont en général associées à un sentiment d’amour intense, ce qui pourrait suggérer un lien avec la Kundalini.

Les apparitions sans connotation religieuse peuvent être des personnes décédées ou des « êtres non identifiés ». Là encore, cela déclenche souvent un ressenti d’amour chez les expérienceurs.

Vision d’OVNI. Le psychologue Kenneth Ring est le premier à avoir remarqué une corrélation entre le phénomène OVNI et les NDE (K. Ring, Projet Omega : Expériences du troisième-type – NDE, Ed. L’âge du Verseau, 1994.) D’après ses résultats, il existe une tendance statistiquement élevé chez les personnes, témoignant de l’une ou de l’autre de ces expériences, à faire état de maltraitances au cours de leur enfance. Cela suggère donc qu’il existerait des personnalités « prédisposées » à vivre ce type de phénomènes, expliquant du même coup pourquoi cela n’arriverait pas à tout le monde. Deuxièmement, ces deux types d’expériences sont à l’origine de mêmes « changements » : grande sensibilité physique et psychique, apparitions de phénomènes énergétiques, de facultés particulières ou d’autres EMC, nouvelle vision du monde (altruisme, intérêt pour l’écologie, pour la spiritualité), etc.

Je dois dire ici que j’ai lu le livre de Kenneth Ring à sa parution et qu’à l’époque, le nombre de points communs qui existait entre ces deux phénomènes m’avait interpellé, mais je n’avais pas vraiment compris le lien. En classant aujourd’hui ces deux phénomènes parmi les EMC, je trouve enfin une explication logique, rationnelle et cohérente.

Death-bed-vision (littéralement, les « visions sur lit de mort »)

Ici les personnes sont sur le point de mourir vraiment, mais sont encore bel et bien vivantes. Elles rapportent parfois « voir » une lumière douce envahir leur chambre, un « ange » ou des personnes décédées de leur entourage proche les regarder en souriant ou leur faire signe de les suivre. Ces visions apportent généralement un apaisement, les personnes s’en vont souvent peu de temps après dans un état de lâcher-prise et de profonde sérénité.

Fear-death-experiences (littéralement « expériences provoquées par la peur de mourir »)

Parfois, la seule prise de conscience d’un danger immédiat, où la mort semble inéluctable, peut déclencher une expérience de type NDE. Celles-ci surviennent au moment d’un stress paroxystique comme un accident de voiture où la collision sera évitée de justesse, lors d’une chute en montagne où il y aura finalement plus de peur que de mal, lors d’un naufrage où l’on se croit perdu, etc.

A mon sens, ces expériences-là sont capitales dans la compréhension des NDE car elles remettent en question à elles seules les théories du « dying brain ». Si les FDE existent (et la littérature en est pleine…) alors les NDE ne peuvent pas être le fruit d’un cerveau mourant, comme le sous-entendent certains scientifiques. Ce sont bien des EMC non-ordinaires.

NDE : Le cas spécial des NDE.

Selon les dernières études statistiques (Institut Gallup 1993, US News and Word Report 1997, INA Schmied 1999.), ils seraient au moins 60 millions à avoir connu cette expérience transcendante après un arrêt cardiaque : 4 % de la population occidentale (2,5 millions de Français, 12 millions d’Américains), beaucoup moins dans les régions de la planète où les possibilités de réanimation sont quasi inexistantes.

Toutes les NDE sont différentes, il existe néanmoins des points qui concordent souvent. Voici les 7 points d’une NDE retenus par Raymond Moody.

  1. Bruit désagréable (genre sonnerie)
  2. Vitesse à travers un long et obscur tunnel
  3. Décorporation : on se retrouve hors de son corps physique, au dessus et on observe son corps mort (le passage se fait par la tête.) Forte tension émotionnelle.
  4. Rencontre avec une entité spirituelle (ou des êtres chers)
  5. Télépathie / Bilan de vie.
  6. La barrière ultime entre la vie et la mort que les NDE ne peuvent pas franchir. Ils résistent et ne souhaitent pas le retour (joie, amour, paix)
  7. Le retour. Pourtant ils réintègrent malgré tout leur corps physique et renaissent à la vie. Les experienceurs ont tous perdu à jamais la peur de la mort.

On sait donc aujourd’hui, grâce aux « fear-death-experience »  que les NDE ne sont pas une conséquence d’un cerveau mourant puisqu’on peut vivre une NDE sans être au seuil de la mort.

Cependant, les NDE les plus incroyables restent celles que les patients ont vécu alors que leur cerveau était complètement HS, comme ce fut le cas pour Patricia Reynolds (cf article « Interrogations sur la conscience ») ou, plus récemment, pour le neurochirurgien Eben Alexander (cf bibliographie). Car pour comprendre ce phénomène où l’on retrouve de la conscience au cœur d’expériences où le cerveau n’est plus opérationnel, il faut supposer le travail d’une conscience délocalisée, ayant pris le relais du cerveau indisponible.

« Il est évident que si on accepte la réalité de la NDE, de la télépathie, de la prémonition, de l’intuition, de l’inspiration artistique et de la médiumnité, le modèle du cerveau « émetteur-récepteur de consciences » permet d’accepter tous ces événements bouleversants qui pulvérisent les principes fondamentaux de la pensée matérialiste prônant comme un axiome indiscutable le dogme du cerveau « sécréteur de conscience ».

Similitudes entre les différents EMC.

Au-delà de leur apparente diversité, les témoignages des expérienceurs laissent entrevoir des similitudes troublantes :

Ces expériences représentent en général un véritable ouragan intérieur à l’origine d’un bouleversement profond et durable. Typiquement, un expérienceur rapportera des changements très positifs, comme apprécier davantage la vie, être retourné à des valeurs plus essentielles, être plus respectueux de la nature, avoir le sentiment d’un renouveau personnel, d’une nouvelle naissance et de la quête d’un but, éprouver une plus grande empathie, tolérance et compréhension vis-à-vis d’autrui, ainsi qu’une plus grand confiance et estime de soi. Un détachement des biens matériels en faveur des rapports humains et un réveil spirituel au sens large du terme. Pour beaucoup, le vrai sens de l’existence se mesure désormais à l’amour que l’on donne et que l’on reçoit. Mais le changement le plus typique est l’apparition d’une croyance en un « au-delà ». Qu’ils aient été avant l’expérience pratiquants, agnostiques ou athées, les expérienceurs sont en général totalement convaincus d’avoir eu accès à une autre réalité.

Les ressemblances entre ces différences laissent envisager une essence commune : peut être à l’origine un seul et unique « mécanisme » physique : l’activation de la Kundalini ?

Déjà en 1967 le maître indien Gopi Krishna avait proposé que la Kundalini soit le processus « biopsychospirituel » permettant d’atteindre différents états d’expansion de conscience.

Qui est susceptible de faire une EMC non-ordinaires ?

Dans beaucoup d’EMC on retrouve à l’origine un traumatisme émotionnel ou physique, un état dépressif ou encore des conditions de vie extrêmes liées à l’isolement. Voilà pourquoi cela n’arrive pas à tout le monde… On rejoint-là les travaux de Kenneth Ring sur le phénomène OVNI et les NDE qui suggéraient, il y a 10 ans déjà, qu’il existerait des personnalités « prédisposées » à vivre ce type de phénomène : celles qui auraient trouvé la capacité naturelle d’entrer en EMC pour se protéger de la dureté de la vie.

Epilogue. Vers la Conscience absolue.

Et si la Réalité était plus vaste et complexe que ce que nous pouvons percevoir et concevoir, composée d’une multitude de dimensions et de mondes imbriqués les uns dans les autres, au-delà des concepts de vie et de mort, comme autant de facettes différentes, tour à tour vraies ou illusoires, qui loin de s’exclure, se combineraient à l’infini ?

Il existe une dernière expérience aux frontières de l’esprit, la Transcendance, que les spécialistes ne qualifient pas d’EMC. Il s’agit d’un état où notre conscience individualisée « intègre » une Conscience Absolue représentant la réalité ultime, « une dimension au-delà de l’espace-temps, contenant toute l’information passée, présente, future, et dont serait issu l’Univers tel que nous le connaissons (p331). »

La finalité de l’être humain serait-elle de retrouver cet Univers-Source, état primordial de la Conscience ?

A ce sujet je joindrais, pour conclure, le courrier de mes parrains Igor et Grichka Bogdanov à l’annonce de la mort de mon père, leur ami.

Chère Nicole, chère Dany, notre filleule,

Merci de ce magnifique message et de l’émotion que nous avons ressentie en le lisant.  Grâce à ces quelques mots, nous  avons eu le sentiment de vivre un peu de cette journée ensoleillée, douce et lumineuse, telle que tu la décrit.

Voici quelques mots à propos de ce nous pensons, Grichka et moi, représenter l’état fondamental de la réalité :

En effet, nos recherches en cosmologie primordiale nous ont permis d’entrevoir que notre réalité, celle dans laquelle nous vivons et qui est dominée par le temps réel et l’évolution des choses, cette réalité là est bordée, entourée, précédée et suivie d’une autre forme du temps : le « temps imaginaire ».

Alors que le temps réel est associé à de l’énergie indispensable à l’évolution des systèmes  (temps réel et énergie forment un « couple » connu depuis longtemps et que l’on voit parfaitement dans les équations),  le temps imaginaire, lui, est associé à tout autre chose : il a pour compagnon l’information.

En somme, à partir de cette idée, on pourrait en conclure qu’au moment où nous quittons le monde gouverné par  le temps réel et l’énergie, nous entrons dans la réalité fondamentale du temps imaginaire et de l’information. Dans cette réalité là, il n’y a plus d’énergie : seulement de l’information pure.

Une fois le dernier atome d’énergie évaporée,  parvenu au terme de son état physique. l’individu quitte le temps réel pour quelque chose d’autre. Que se passera-t-il alors ? Un phénomène unique, éblouissant pour l’esprit : au moment où s’évanouira dans l’éternité ce dernier instant de temps réel, cet ultime atome de temps,  alors l’entropie redeviendra nulle. Et au même moment, réapparaitra, dans toute sa plénitude, le temps imaginaire ! l’être devient alors une pure information.

Après l’avoir entrevu à plusieurs reprises dans son oeuvre, dans sa vie (et jusque dans cette photo devant la croix et la date de sa mort, prise en 1980) c’est peut être dans ce monde là que Michel est entré : celui d’une information fondamentale, absolue, source de tout ce qui est, source même de l’Être.  C’est là qu’il est, désormais.

J’espère que nous nous verrons bientôt, d’une façon ou d’une autre.

On pense à vous tous, on pense à Michel comme il pense à nous.

On vous embrasse très fort toutes les deux,

Igor / Grichka

IMG_0095

Bibliographie, pour aller plus loin : 

  • Eben Alexander, la preuve du paradis, Trédaniel, 2013.
  • Igor et Grichka Bogdanov, la pensée de Dieu, Grasset, 2011.
  • David Bohm et David F. Peat, La conscience et l’univers, Le Rocher, 1990.
  • Dr Jean-Jacques Charbonier, Les 7 bonnes raisons de croire à l’au-delà, Trédaniel, 2013.
  • Sylvie Déthiollaz, Claude Charles Fourrier, Etats Modifiés de Conscience : NDE, OBE et autres expériences aux frontières de l’esprit, Favre, 2011.
  • Allison Dubois, Nos proches ne meurent jamais, J’ai Lu « Aventure Secrète », 2010.
  • Patricia Darré, Un souffle vers l’éternité, J’ai Lu « Témoignages », 2012.
  • Brigitte et Régis Dutheil, L’homme super-lumineux, Sands, 1990.
  • Elisabeth Kübler-Ross, La Mort est un nouveau soleil, Pocket, 2002.
  • Dr Raymond Moody, La vie après la vie, J’ai Lu « Aventure Secrète », 1980.
  • Dr Melvin Morse, La Divine Connexion, Le Jardin des Livres, 2002.
  • Sven Ortoli et  Jean-Pierre Pharabod, Le cantique des quantiques. Le monde existe-t-il ?, La découverte et Syros, 1998.
  • Philippe Ragueneau, L’autre côté de la vie, Editions du Rocher, 1997.
  • Kenneth Ring, Projet Omega : Expériences du 3e type – NDE, Ed. L’âge du Verseau, 1994.
  • Rupert Sheldrake, Sept expériences qui peuvent changer le monde, Le Rocher, 2005.
  • Michel Talbot, L’univers est un hologramme, Pocket, 2010.
  • Karine après la vie, présenté par Didier Van Cauwelaert, Albin Michel, 2002.
  • Patrick Van Eersel, La source noire, Le Livre de Poche, 1987.

Ouvrages collectifs :

  • La mort transfigurée, Association IANDS France, Belfont, L’âge du verseau, 1992.
  • Premières rencontres internationales sur l’Expériences de Mort Imminente – Actes du colloque, S17 productions, 2007.

DVD  :

  • Faux Départ – Enquête sur les expériences de mort imminente, Sonia Barkallah, S17 production, 2010.
Publicités

Une réflexion sur “Les Etats Modifiés de Conscience (EMC)

  1. Merci pour votre article.

    J’ai eu le plaisir de rencontrer vos parents l’année passée en fin d’été. Votre père était gracieux et j’étais touché par l’attention et l’accueil qu’il a accordé à une lectrice innconue. Nous n’avons discuté que brièvement, mais j’ai senti en lui un esprit extraordinaire. J’aurais aimé le revoir pour lui dire que cette rencontre était une inspiration pour moi.

    Toutes mes condoléances.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s